Neda Formation

Sanda

Neda Formation
À Paris

jusqu'à 150 €
Ou préférez-vous appeler directement le centre?
12345... Voir plus

Infos importantes

Typologie Formation
Lieu Paris
Heures de classe 20h
  • Formation
  • Paris
  • 20h
Description

Installations (1)
Où et quand
Début Lieu
Consulter
Paris
123 Rue des Ecoles, (75) Paris, France
Voir plan
Début Consulter
Lieu
Paris
123 Rue des Ecoles, (75) Paris, France
Voir plan

Programme

C'est sous la tutelle des cadres soviétiques que les Chinois finissent par créer des méthodes d’entraînement similaires au combat rapproché (close combat). En fait, il semblerait que c’est à cause de leur manque de technologie moderne que les Chinois ont mis en œuvre un programme de formation beaucoup plus important que celui des Soviétiques. Grâce aux bases des arts martiaux chinois existant, les instructeurs militaires Huangpu créèrent ainsi le sanshou.

De cet enseignement en vue de combats rapprochés, les Chinois codifièrent ce style sous la forme de quatre groupes basiques martiaux :

  • da (frapper) : poing, paume, coude, doigts, tête ;
  • tui (shooter) : kick, balayage, genou ;
  • shuai (projeter) : lutte, projection, chute ;
  • na (saisir) : saisies, clés, soumission.

C’est dans une version beaucoup plus sportive, tant sécuritaire que compétitive que le sanshou est pratiqué. Il se conforme donc à un format de kick boxing introduisant le début de certaines règles et de protections. Si vous êtes assailli de coups, la plupart des styles martiaux peuvent faire face à ces situations aisément surtout lorsque vous êtes en position debout. En effet, être à terre pour un temps indéterminé vous rend complètement vulnérable dans une situation réelle de combat et les risques sont exponentiellement multipliés , sauf pour le Jiu Jitsu Brésilien [JJB] qui est spécialisé dans le combat au sol (un pratiquant de JJB aura l'avantage au sol). C’est pour ces raisons que le sanshou se focalise essentiellement sur le combat debout ou sur pied.

Désormais, le sanshou se traduit par les pieds poings projections sans soumission (na) ni combat au sol. À l'origine l'utilisation de coudes et genoux était autorisée lors des rencontres intermilitaires, mais ils furent interdits pour la version sportive officielle internationale lors des premiers championnats du monde en 1991.

En 1997, la coopération Chine-États-Unis mit en place des rencontres professionnelles se basant sur des principes de kick boxing comme le muay thaï. Ces matchs donnèrent lieu à des combats de boxe sans l'utilisation des protections inhérentes outre les plastrons, les casques et les protège-tibia. Les Chinois nommèrent le sanshou professionnel le sanda, un terme qui signifie « combat libre et complet » ou « full contact fighting ». L'essor du sanda n'a pris toute son ampleur que depuis 2003. Il y a eu énormément de rencontres professionnelles. Aujourd’hui, des rencontres au sommet ont lieu comme le Sanda King organisé par les Chinois. De surcroît, des rencontres interstyles se sont déjà déroulées avec succès et les médias en font des événements exceptionnels ; il y a aussi le K-1 promu par le Japan Shootboxing Association (JSA) ou bien des rencontres Chine-Thaïlandedont trois matchs ont déjà été organisés faisant intervenir des professionnels du sanda et du muay thaï.

Les prochains championnats du monde intégreront le sanda féminin