Parcours noyaux, particules, astroparticules, cosmologie (m2)

À Paris

Prix sur demande
  • Typologie

    Mastère spécialisé

  • Lieu

    Paris

  • Début

    Dates au choix

Description




English version is here.
Tous les cours du parcours sont enseignés en anglais.
Le parcours NPAC forme des étudiants à la recherche en physique nucléaire, physique des particules, des astroparticules et à la cosmologie. Son objectif est de préparer les étudiants à entamer une thèse expérimentale ou théorique dans les grands organismes de recherche comme le CNRS, les Universités ou le CEA.
Cette formation donne les fondamentaux sur la physique de l'infiniment petit et celle de l'infiniment grand. D'un côté, il s'agit d'étudier la physique des particules élémentaires, leurs interactions fondamentales ainsi que leurs assemblages en noyaux atomiques et les propriétés de ces noyaux. De l'autre, les étudiants travaillent sur la compréhension de l'Univers, sa géométrie, son contenu en matière noire et en énergie noire. Ils sont aussi sensibilisés aux messagers cosmiques que sont les astroparticules et qui peuvent apporter eux aussi des réponses à certaines de ces questions encore ouvertes.
Les thématiques scientifiques couvertes par la formation sont actuellement en plein essor. Pour la physique des particules, le collisionneur protons-protons du CERN, le LHC, a montré récemment des résultats très importants avec la découverte du boson de Higgs (prix Nobel 2013). En cosmologie et astroparticules, la recherche d'énergie noire et de matière noire représente un enjeu scientifique très important pour les années à venir et un prix Nobel a récompensé en 2011 les avancées dans ce domaine. Quant à la physique nucléaire, elle est également en effervescence avec le démarrage de SPIRAL 2, un accélérateur qui devrait entre autres permettre de comprendre l'origine des éléments et de leur abondance sur terre.
La recherche de demain a donc besoin de chercheurs formés aux thématiques du parcours NPAC. Celui-ci a de nombreux atouts en ce sens : c'est une formation étroitement liée au milieu de la recherche...

Installations

Lieu

Début

Paris ((75) Paris)
Voir plan
Place Jussieu, 4, 75005

Début

Dates au choixInscription ouverte

À tenir en compte


et objectifs de professionnalisation :
La formation de chercheurs susceptibles d'avoir une présence active (analyse de données, simulation, reconstruction) au sein des expériences de physique des hautes énergies ;
La formation de chercheurs et/ou d'ingénieurs généralistes ayant des compétences techniques leur permettant de mener des projets de recherche et développement de haut niveau en vue d'élaborer de futurs détecteurs, que ce soit pour des expériences de physique nucléaire, des particules ou d'astroparticules ;
La formation de chercheurs et/ou ingénieurs aptes à modéliser un problème scientifique, aussi bien dans un cadre industriel qu'institutionnel.



Ce parcours peut accueillir des étudiants ayant validé une première année de Master de physique, ainsi que des étudiants ayant obtenu un diplôme d’ingénieur à dominante physique. Dans tous les cas une thématique à dominante physique fondamentale en France ou à l'étranger est souhaitée.
Une solide connaissance des bases de la mécanique quantique et de la physique statistique est recommandée. Il est souhaitable d'avoir approfondi des connaissances dans au moins l'un des domaines apparaissant dans le titre du parcours.
Pour les étudiants du M1 de l'UPMC, la majeure “Physique nucléaire et des particules” est quasiment indispensable. Les UE de “Théorie classique des champs” ou “Détection des rayonnements énergétiques” au S1 et “Symétries en physique” au S2 sont également conseillées.



La sélection se fait sur dossier scolaire et entretien avec les responsables du parcours.
En moyenne, une promotion rassemble trente étudiants. Sa composition résulte d'un équilibre entre première année de Master et grandes écoles. Elle bénéficie également de l'admission d'étudiants issus de formations étrangères .

Dans le cadre d’une reprise d’études et/ou d’une validation des acquis, les salariés, demandeurs d’emploi,… avec expérience professionnelle, ayant interrompu leurs études initiales depuis plus de 2 ans, doivent contacter directement le...

Questions / Réponses

Posez une question et d'autres utilisateurs vous répondront

Qui voulez-vous pour répondre à votre question?

On publiera seulement ton nom et prénom et ta question

Qu'apprend-on avec cette formation ?

  • Physique nucléaire
  • Nucléaire
  • Cosmologie
  • physique des particules
  • astroparticules
  • accélérateurs
  • noyaux
  • matière dense
  • métiers de la recherche
  • Nucléaire
  • métiers de la recherche

Programme


Les étudiants issus de ce parcours pourront aborder aussi bien un travail de thèse expérimental qu’un travail de thèse théorique dans le domaine couvert par le parcours.

Typiquement, à l'issue de la thèse, une grande moitié de la promotion des étudiants intègre la recherche publique (Université, CNRS, CEA), l'autre étant majoritairement recrutée par l'entreprise.


  • Au premier semestre, les étudiants suivent des enseignements répartis en 3 majeures et 2 mineures entre octobre et fin janvier. Quatre de ces UE leur permettent d'acquérir des savoirs fondamentaux. La cinquième permet d'acquérir des compétences en instrumentation. Elle est complétée par une UE de travaux de laboratoire d'une durée de 4 semaines en septembre ;
  • Au deuxième semestre, les étudiants suivent une UE intensive d'approfondissement dans le domaine qu'ils auront choisi pour faire leur thèse. Ils ont également un cours et un mini stage d'informatique dont le sujet est ciblé sur leur futur domaine de recherche. Ils partent ensuite en stage dans un laboratoire de recherche au sein de l'équipe avec laquelle ils prévoient de mener leur futur travail de thèse. Le stage est évalué par un jury après une soutenance et en tenant compte de l'avis du représentant de l'équipe encadrante.
Prix sur demande