Auteurs et victimes

Formation

À Montpellier

Prix sur demande

Appeler le centre

Avez-vous besoin d'un coach de formation?

Cela vous aidera à comparer et à choisir le meilleur cours pour vous

Description

  • Typologie

    Formation

  • Lieu

    Montpellier

  • Dates de début

    Dates au choix

Missions, moyens et organisation
Le Cnam est placé sous la présidence de Jean-Paul Herteman, P-DG du groupe Safran, et dirigé par Olivier Faron.
Il remplit trois missions principales:
la formation professionnelle supérieure tout au long de la vie,
la recherche technologique et l'innovation,
la diffusion de la culture scientifique et technique.
Le Cnam offre des formations développées en étroite collaboration avec les entreprises et les organisations professionnelles afin de répondre au mieux à leurs besoins et à ceux de leurs salariés. Cette UE apparaît dans les diplômes et certificats suivants : Entrée
MR093p-1 Master Sciences criminelles mention criminologie
Centres d'enseignement

Les sites et dates disponibles

Lieu

Date de début

Montpellier ((34) Hérault)
Voir plan
989 Rue de la Croix Verte - Parc Euromédecine, 34093

Date de début

Dates au choixInscriptions ouvertes

Questions / Réponses

Posez une question et d'autres utilisateurs vous répondront

Qui voulez-vous pour répondre à votre question?

Nous ne publierons que votre nom et votre question

Les matières

  • Criminologie

Le programme

Contenu Robert CARIO : Professeur de criminologie, Université de Pau et des Pays de l'Adour, Président de l'Institut français pour la Justice restaurative (IFJR)

Carole DIAMANI : Docteur en psychologie (thèse : traumatisme psychique, thérapie et réparation), Psychologue à Paris Aide aux Victimes, Chargée de mission à l'INAVEM, Secrétaire générale de l'ALFEST (Association de langue française des études du stress et du trauma)

Guillaume ARANDEL : Directeur pénitentiaire d'insertion et de probation au SPIP du Val d'Oise.

Loïck M. VILLERBU : Professeur émérite U-R2/U- Paris 7
 
La (re)découverte de la victime, en tant que personne humaine blessée dans son intégrité physique et/ou psychique, ou comme acteur au procès pénal consécutif à la victimisation subie, apparaît aujourd'hui incontestable, quand bien même s'observe toujours un réel décalage entre théories et pratiques. Ce n'est que depuis une vingtaine d'années qu'un cadre normatif respectueux des droits des victimes se construit, tant au niveau international, régional que national. En France, les préoccupations du législateur se sont développées, tout d'abord, sur un plan nettement indemnitaire. Des dispositions de nature à mieux assurer la réparation pécuniaire des victimes ont néanmoins favorisé leur intégration au procès pénal équitable. Parallèlement, les recherches en victimologie, d'inspiration féministe, ont mis l'accent sur la nécessité de dépasser ce cadre strictement matériel, pour autant essentiel, par la mise en place de dispositifs d'assistance, de conseil et d'aide aux victimes relativement aux conséquences psychologiques et sociales que la victimisation entraîne. Pour importante que soit cette évolution, elle demeure encore incomplète et, surtout, abandonnée à la sensibilité personnelle des acteurs institutionnels investis dans l'aide aux victimes. Fixés au cours des cinq dernières années dans des textes fondamentaux, les droits des victimes restent toujours d'application incertaine. La décennie qui s'est ouverte devrait permettre de combler heureusement cette grave lacune, sous la pression d'une demande citoyenne affirmée.

Appeler le centre

Avez-vous besoin d'un coach de formation?

Cela vous aidera à comparer et à choisir le meilleur cours pour vous

Auteurs et victimes

Prix sur demande